Prises de vues d'extérieur à travers une vitre.

#1
Un tout petit peu de théorie

Propriété d’une vitre
Une vitre présente, pour la propagation d’une onde lumineuse, trois propriétés : transmission, réflexion, absorption.
Le verre ordinaire transmet environ 90 % de la lumière du jour.
LS : lumière solaire.
Inconvénient optique d’une vitre
Une vitre (supposée de bonne qualité) est considérée en optique comme une « lame à faces parallèles » de milieu homogène (le verre). Compte tenu qu’il n’y a aucun rayon de courbure, il n’y a donc ni convergence ni divergence (pas de vergence) et la vision d’une scène n’est pas affectée, il n’y a pas d’aberration.
Mais lorsque la lame est inclinée par rapport à l’axe optique, il s’opère un décalage transversal de l’image, c’est-à-dire qu’elle ne situe plus exactement en face de la scène (dans l’axe de la scène). Cela n’a pas vraiment d’importance, car il n’y a toujours pas de distorsion ou d’aberration.
La vitre ne présente donc pas d’inconvénient pour la photo du point de vue de la vision optique.

Influence de l’éclairage
La différence de luminosité entre scène et observateur peut influencer la qualité de l’image.
Si la scène est moins éclairée que l’observateur — prendre une photo de l’intérieur d’une pièce d’un immeuble depuis l’extérieur — la réflexion des rayons de la source lumineuse formeront de multiples faisceaux créant des franges optiques qui perturberont l’image de la scène (phénomène comparable à un phénomène de miroir).
En revanche, si la scène est plus éclairée que l’observateur — prendre une photo d’une scène extérieure depuis l’intérieur d’une pièce d’un immeuble — il n’y a pas ou peu de réflexion perturbatrice. La luminosité intérieure de la pièce crée évidemment des faisceaux, mais si elle est faible, ceux-ci sont très atténués par l’éclairement de la source extérieure et ne perturbent pas la prise de vue.
EN PRATIQUE
Il n’y a donc aucun inconvénient majeur à prendre une photo d’une scène extérieure depuis l’intérieur d’une pièce d’immeuble à travers une vitre si celle-ci n’est pas trop sale.
Seuls deux inconvénients mineurs existent :
- une diminution de la luminosité (perte d’environ 10 %), mais cela n’influence pas l’image puisque les APN mesurent la luminosité reçue ;
- une faible diminution du piqué qui est due au fait que le verre n’est pas parfaitement homogène et qu’il est rarement parfaitement propre. En pratique ce manque de piqué est très peu visible comme le montre les comparaisons ci-après.
La ligne A représente les détails d'une cible placée à 10 m en prise de vue fenêtre fermée (vitre non nettoyée)*.
La ligne B représente ces mêmes détails en prise de vue fenêtre fenêtre ouverte.
La ligne C représente les détails en prise de vue fenêtre fermée (ligne A) mais avec une accentuation du contraste seulement.

* Double vitrage de 1979. APN Nikon D850 avec Tamron 150-600 à 600 mm f/7.1 - 1/1000 s 800 ISO fenêtre fermée et 640 ISO fenêtre ouverte (ce qui montre la perte de luminosité due à l'absorption du double vitrage).
A vous de conclure.
:coucou:
Modifié en dernier par Papout le mar. 16 avr. 2019 09:35, modifié 1 fois.
Mes Instants Nature -- Mon Site Perso

" Ars sine scienta nihil est — Il n'y a pas d'art sans science " Jean Mignot, 1410 (architecte de cathédrales).
Répondre

Retourner vers « Technique photo »

cron